Les types d’applications mobiles

par

Le monde des applications mobiles peut parfois sembler compliqué lorsque nous ne sommes pas techniciens ou formés.

Il est difficile de s’y retrouver entre les différents termes, et c’est d’autant plus important si vous souhaitez faire intervenir des professionnels et lancer une application mobile. Le choix final devra être défini avec un expert, qui saura vous guider sur la bonne solution en fonction de votre projet et de vos ambitions. Malgré tout, je vais tâcher de “vulgariser” un peu ce domaine.

Commençons par les principales familles d’applications mobiles : les applications natives, hybrides et PWA. Qu’est-ce que c’est que tout ça ??!

Quelques principes de base avant de poursuivre. Tous les smartphones ont un système d’exploitation, logiciel principal qui permet de démarrer le téléphone, afficher les écrans, lancer les applications etc. Les principaux étant Android et iOS (iPhone). Chaque système comprend un langage qui lui est propre, comme les pays ont une langue officielle. Ainsi, le système Android “comprend” les applications développées avec le langage Java et iOS est basé sur Swift.

Ces principes nous permettent d’enchaîner avec les applications natives. Il s’agit d’applis écrites directement dans le langage compris par le système du téléphone. Donc si nous voulons une application compatible Android, il faudra la développer en Java. Et si cette même application doit être lancée sur iPhone, elle devra être développée à nouveau en Swift. Deux application, deux codes sources différents pour deux plateformes distinctes. Ce qui offre un contrôle total des applications sur chaque plateforme.

 

Avant de continuer, arrêtons nous quelques instants sur une nouvelle base importante. Le développement d’appli mobile est parfois (souvent) étroitement lié au développement web. Le développement web est la pratique permettant de créer des sites internet, boutique en ligne… sur lesquels nous naviguons tous. Pour créer ces outils, le développeur doit écrire dans des langages particuliers, qui sont principalement : HTML, CSS et JavaScript. Ces technologies (les 2 premières au moins), sont utilisées sur tous les sites, donc connues par tous les développeurs web. Il en existe bien d’autres, je ne m’y attarderais pas, ce n’est pas l’objet de l’article.

Ce qui nous permet de passer à présent aux applications hybrides. Pourquoi hybride ? Tout simplement parce que cette méthode va faire appel à plusieurs technologies, pour le même objectif que les applis natives. En pratique, cela consiste à écrire notre application en langage web (cf. paragraphe précédent) et le passer dans une “moulinette” qui va le convertir en Java et Swift, donc le rendre exécutable sur Android et iOS. Nous obtenons deux applications pour deux plateformes distinctes, avec un seul code source.

Cette pratique offre deux avantages principaux :

  • Un seul code source pour plusieurs plateformes : le temps de création est donc réduit, et plus facile à maintenir à jour
  • Il n’est plus nécessaire de faire appel à un développeur mobile pour créer des applis (plus rares sur le marché que les développeurs web)

Cette méthode n’est pas toute rose. En effet comme je l’expliquais, la conversion d’un langage dans un autre nécessite le passage dans une moulinette. Cela ajoute une étape au processus, donc l’alourdit. On peut penser, à juste titre,  qu’une perte de performance a lieu lors de cette conversion. De plus cette moulinette, ou ce moteur, est développée par des sociétés qui créée les correspondances entre le code web et mobile. Nous sommes donc dépendants de ce moteur pour faire évoluer les applications. Même si la différence de performance se fait de moins en moins ressentir, ces moteurs se perfectionnent avec le temps, elle peut être toujours notable selon les applications. En résumé, l’application hybride peut être un excellent choix comme un très mauvais, en fonction de votre projet et de vos ambitions.

Et enfin les PWA ? Diminutif de Progressive Web Apps (applications web progressives), il s’agit d’un site web construit à l’aide de technologies web, qui offre une expérience proche de l’application mobile aux utilisateurs. Elles permettent de bénéficier du support mobile pour des besoins simples, qui ne nécessitent pas une application à part entière. Un exemple très simple : le check-in d’une compagnie aérienne, peut se faire via une PWA. Il s’agit d’un simple formulaire, donc le besoin de développement d’une application complète ne se fait pas ressentir. Ce formulaire est tout de même utilisable depuis son smartphone avec une expérience mobile optimisée. Ces PWA sont limitées dans le sens où ce ne sont “que” des sites web. Elles ne permettent donc pas (pour le moment), de bénéficier des fonctionnalités du téléphone telles que le vibreur, l’appareil photo, etc.

 

Nous voici à la fin de l’article, qui j’espère vous aura permis de comprendre un peu mieux les termes utilisés pour typer les applis mobiles. Ils sont de plus en plus utilisés, et pas toujours clairs. Ces bases vont permettront de discuter efficacement avec un professionnel sur votre projet. Enfin, n’oubliez pas que pour évaluer si votre prochaine application doit être une application mobile native, hybride, ou PWA, identifiez d’abord vos utilisateurs, leurs actions et l’avenir que vous souhaitez donner à votre application.

Partager

Comments

  1. hubert vallois : décembre 4, 2019 at 5:15

    Bonjour

    Merci pour cette explication….Mais si je souhaite creer une app Android et IOs toute bête mais qui n’aura pour but que d’agir sur le teléphone de l’tilisateur rien à acheter vendre ou présenter quel type d’application est-ce comment savoir quel outil utiliser (même payant) ou même comment demander un devis pour une telle App

    • Bonjour.
      Tout dépend ce que vous entendez par « agir sur le téléphone ». Quelles fonctionnalités du téléphone souhaiteriez-vous utiliser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *